CARAVANE DE VERITE II

Accueil> Projets> CARAVANE DE VERITE II

Projet

CARAVANE DE VERITE II : APPUI AU PROCESSUS TRANSITIONNEL AU BURUNDI

Le problème. L’histoire du Burundi est malmenée par une série de crises sociopolitiques sur fond de guerre interethniques. entre les deux principales communautés du pays, hutu et tutsi (1965, 1972, 1988, 1993…). Pendant toutes ces années, aucun processus de réconciliation véritable n’a été engagé pour faire face au passé douloureux, et soigner les traumatismes des multiples victimes.

L’opportunité. Dans le prolongement de l’Accord d’Arusha pour la paix et la réconciliation, il a été annoncé la mise en place de mécanismes qui ont vocation à mettre fin à cette impunité. Parmi ces mécanismes, la commission vérité et réconciliation qui sera la toute première à apporter un éclairage sur les drames du passé. Le travail de cette commission soulagera les populations en leur donnant l’occasion de parler, être écouté, et en fin de compte de se libérer. Sa mise en place est attendue avant la fin de l’année 2012.

Une stratégie participative. Pour saisir cette opportunité, Iriba et ses partenaires (radio Isanganiro, radiotélévision renaissance et la radiotélévision nationale) proposent un programme à deux niveaux visant à favoriser l’émergence de la vérité et encourager le pardon. Pour cet exercice, des cadres de dialogue à la base seront animés pour sensibiliser les citoyens sur la nécessité de faire la lumière sur les causes du Mal burundais d’autant plus que ses conséquences désastreuses sont vécues au quotidien par tout un chacun: la perte des siens, l’impunité, l’exil, la faim…L’usage du cinéma mobile sera un outil pédagogique mettant en perspective notamment les expériences vécues ailleurs.

Le projet. Pour mettre en œuvre cette stratégie, Iriba et ses partenaires proposent une série de dialogues :

Production et diffusion de spots publicitaires et de vidéo
« manuel de procédure » à travers tout le pays pour sensibiliser la population à la nécessité de participer au processus et à témoigner devant la Commission vérité et réconciliation.