Jean-Marie Vianney Kavumbagu

Accueil> les témoignages > Jean-Marie Vianney Kavumbagu

Témoignage

L’encadrement de la jeunesse, un pari des générations futures

Du 24 août au 8 septembre 2004, les jeunes des associations IRIBA, CADP et de la Ligue ITEKA ont organisé, au lycée de Mweya  en province de Gitega un Forum des jeunes pour contribuer à l’effort de reconstruction.

Initialement, le Forum devait regrouper des jeunes de la République Démocratique du Congo, du Rwanda et du Nord de l’Atlantique, plus précisément du Royaume de Belgique.

Mais, suite au mauvaises conditions sécuritaires consécutives principalement au massacre perpétré contre les réfugiés congolais Banyamulenge à Gatumba, commune Mutimbuzi, province de Bujumbura rural dans la nuit du 13 au 14 août 2004, les jeunes du Rwanda et de la République Démocratique du Congo n’ont pas pu malheureusement participer au présent camp

La Ligue ITEKA a particulièrement apprécié l’effort consenti par les jeunes d’Iriba notamment en prenant en charge leurs frais de déplacement jusqu’au Burundi et surtout en acceptant de s’associer et de vivre auprès de leurs amis du Burundi deux semaines durant, dans un pays caractérisé par de violations multiformes des droits humains.

Pour la Ligue ITEKA, cette initiative des jeunes traduit un esprit d’ouverture, d’entraide, de solidarité et de don de soi pour la reconstruction, le développement et la coopération.  De surcroît, l’initiative servait d’exemple à tous ceux qui attisent encore la haine et  la violence, deux facteurs parmi tant d’autres  qui maintiennent les pays des grands lacs dans la misère, la pauvreté et la douleur.

Ligue ITEKA était d’autant plus réconfortée qu’elle a inscrit dans ses priorités l’encadrement de la jeunesse aux droits de la personne,  une jeunesse qui constitue l’espoir de demain et qui  sera capable de  transcender les intérêts sectaires observables aujourd’hui au sein de la classe politique. C’est ainsi que des clubs scolaires des droits de l’homme, dont les responsables étaient parmi les participants, ont été créés dans différents établissements secondaires du pays où les élèves sont initiés à la philosophie des droits de la personne et aux  instruments nationaux et internationaux de protection des droits de la personne. Certains clubs commémorent même, le 10 décembre de chaque année, la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme par des activités culturelles en vue de renforcer la culture des droits humains dans les esprits.

Le Forum de Mweya répondait ainsi à l’objectif de la Ligue ITEKA d ‘encadrement de la jeunesse de par sa valeur symbolique :

Les jeunes reconstruisaient une école  au moment les brebis égarées de leur âge, enrôlés dans les mouvements rebelles, les milices et l’armée, détruisent les infrastructures socio-économiques;

Ils approfondissaient leurs connaissances par  des conférences et les échanges sur certaines réalités en rapport avec les droits humains alors qu’une certaine jeunesse sombre dans la délinquance, l’alcoolisme et les stupéfiants ;

Ils jetaient les bases d’un forum Nord-Sud entre jeunes européens et africains  alors que l’instabilité, les guerres civiles et les violences isolent de plus en plus l’Afrique dans le concert des nations.

Ainsi, plus d’une dizaine de  conférences ont été organisées à l’intention des participants qui ont pu s’enrichir mutuellement à travers les différentes communications et l’échange d’expérience sur les droits civils et politiques, les droits économiques, sociaux et culturels, les droits de l’enfant et le système national de protection des droits de la personne. Les participants ont été entretenus sur la  les défis de la jeunesse et la question des grands lacs, sur la situation des droits de l’homme au Burundi, sur le droit international humanitaire, sur la coutume burundaise et les droits de l’homme ainsi que sur  la problématique de la pandémie du VIH SIDA au Burundi.

Au cours des deux semaines, les jeunes Burundais et Belges ont tissé des liens d’amitié et de solidarité ; des images fixes et vidéo ont été prises sur leurs activités du chantier et sur certains aspects culturels du Burundi. Cela permettra  à ceux qui n’ont pas pu participer au Forum de découvrir le Burundi et de rapprocher davantage  notre jeunesse dans le cadre des relations Nord-Sud.

Au bout des activités du Forum, les jeunes participants avaient pu fabriquer 10.000 briques malgré l’accès difficile au site. En outre, les jeunes participants de Belgique ont  cotisé une somme d’argent équivalent à de 600 euros pour acheter des tôles  en plus du matériel scolaire qu’ils ont remis  aux écoliers de Mweya, cela à la grande satisfaction des bénéficiaires et des autorités provinciales de Gitega présentes aux cérémonies de clôture.

La Ligue ITEKA tient à remercier tous ceux qui de près ou de loin ont participé la réussite du Forum. Elle pense notamment  aux organisations Réseau des Citoyens Network (RCN), IRIBA et CADP ainsi que les jeunes de Bayonne pour leur contribution en matériel informatique et qui ont permis à la Ligue ITEKA d’installer un cyber café géré par la Section de Gitega.

En définitive, la Ligue ITEKA s’engage à appuyer, dans les limites de ses possibilités, les activités similaires au Forum de Mweya  qui traduisent concrètement l’universalité des droits de la personne et la solidarité internationale.

Jean-Marie Vianney Kavumbagu
Président
Ligue Burundaise des Droits de l’Homme ITEKA