Je cherchais depuis un bon moment déjà un projet de coopération dans lequel j’aurais pu m’impliquer et par le fait même, voyager. J’ai toujours été une grande voyageuse, et j’ai toujours aimé la découverte de l’inconnu ainsi que la rencontre avec les autres cultures. Depuis mon séjour en Thaïlande en 2007, j’avais décidé que mon prochain voyage aurait une signification particulière, autant pour moi que pour les gens du pays que j’irais visiter. C’est alors qu’IRIBA est arrivé sur mon chemin. Tout le processus de préparation fut un apprentissage très enrichissant pour moi.

De l’organisation d’évènements et de levées de fonds à la préparation du voyage en tant que tel, j’ai pu m’y découvrir une passion. Une fois arrivée au Burundi, après plus de deux jours de voyagement, c’est un monde totalement inconnu mais chaleureux, souriant, rempli de nouvelles odeurs et de nouveaux repères qui a accueilli mes compatriotes canadiens et moi. La vie de groupe à cinquante, le chantier, les activités en soirée ou encore les conférences et ateliers en après-midi furent pour moi une expérience très enrichissante et hors du commun.

Lorsqu’on vit en groupe avec autant de personnes de nationalités différentes, on apprend à être patient, ouvert d’esprit et surtout à penser au groupe avant de penser à soi-même. Je n’ai pas toujours trouvé facile de vivre à cinquante, mais j’ai certainement appris énormément de mon expérience, surtout au niveau de la communication interculturelle.

Ce voyage m’a surtout permis de rencontrer des gens extraordinaires qui sont devenus de bons amis et qui ont contribué à faire de mon expérience quelque chose de positif, de mémorable et d’enrichissant. Les paysages envoûtant du Burundi,
sa population souriante et chaleureuse, m’a marqué

à tout jamais. Je croyais y trouver, à tort peut-être, des gens tristes et amer à cause de la pauvreté et de la longue crise dont ils venaient de se sortir. J’y ai pourtant trouvé un climat de paix et des gens pleins d’espoir, travaillant ensemble pour la reconstruction de leur pays.

Cette ambiance a été pour moi rassurante et une source d’inspiration à tous les niveaux de ma vie. Je souhaite à tous les jeunes désireux de mieux se connaître et de s’ouvrir vers d’autres cultures, de s’engager à vivre une expérience semblable. Oui, ça demande beaucoup de courage, de persévérance et de patiente, mais je crois que ce qui en résulte en bout de ligne est une plus grande capacité d’adaptation, une plus grande ouverture d’esprit mais surtout, l’envi de recommencer et de revivre des moments aussi fort et intense.

Myriam Brisebois, participante
Montréal-Québec, Canada